AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion


Naruto le RPG est désormais ouvert ! Inscrivez-vous et faites votre présentation afin que nous puissions commencer le RP le plus rapidement possible !




Membre du mois

RP du mois

Partagez | 
 

 Présentation de Nori Hokashi ♫ (Achevée !)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Présentation de Nori Hokashi ♫ (Achevée !)   Jeu 9 Déc - 19:45

[ - Présentation de Nori Hokashi - ]


• À vous qui aspirez à me connaître. •


Citation :

¤ Prénom et Nom : Que vous me le demandiez directement ou que vous consultiez quelques écrits sur ma personne. Votre question ne trouvera qu'une réponse : Nori Hokashi. Pourtant, je fus connue sous une autre identité... mais cette dernière n'est plus qu'une bribe d'un passé oublié.


¤ Âge : Voilà 17 ans que mon être évolue en ce monde. Constatant jour après jour la risibilité de son influence sur ce dernier.


¤ Village d'affiliation : Mon corps et mon coeur appartiennent au village du brouillard. Celui qui gardera mon secret perdu dans le monde nébuleux des ombres.


¤ Grade Souhaité : Suis je l'épée ou le bouclier de mon maître Mizukage ? Je ne saurais le dire, et cela m'importe peu si je puis bien le servir dans un rôle ou un autre ! (Traduction : Bras Droit ou équivalent.)


¤ Spécialisation : Un jour, j'ai éveillé mes capacités latentes, un art ninjutsu que nul autre ne possède => Le Denpun, soit l'Art de Manipuler la Pâte.


¤ Affinités : Mon coeur peut s'embraser mais aussi demeurer calme tel des flots sereins => Katon / Suiton (Le Katon permet de durcir la pâte, le Suiton de l'assouplir.)




• Le Détail de ma Personne ? •


Citation :

¤ Description Physique :

Des lueurs rougeoyantes brillaient déjà, par delà les montagnes des terres nordiques d’Haisora. Une région méconnue où devait avoir lieu une rencontre diplomatique entre un membre du village de Kumo, et un autre du village de Kiri. Pour représenter ce dernier, on avait dépêché une ninja de classe moyenne : Hokashi Nori, une recrue habilitée au combat mais dotée d’une sagesse suffisante pour mener à bien cette entrevue internationale.

Ce choix était loin d’être anodin et se justifiait en partie par les caractéristiques physionomiques de notre intéressée. Déjà, une évidence se dresse de par son allure générale, car loin de se définir par une apparence tranchée entre les deux sexes, cette kunoichi joue clairement l’ambiguité en cultivant ses airs androgynes.

Globalement, au niveau de sa corpulence, notre jeune amie se situe dans la moyenne adolescente. Avec 54 kilos pour une hauteur d’1 mètre 67, on a là une jeune fille assez grande et à la taille svelte, mais quand peut facilement considérer comme un garçon à la carrure fluette, spécifiquement en raison d’un manque notable de poitrine, elle même atténuée par des bandages fortement serrées en guise de sous vêtements supérieurs.

Si cette silhouette confondante aurait pu se suffire à elle-même pour ce qui est de brouiller les pistes sur la nature de son sexe. L’adolescente dispose en outre d’un visage entre deux eaux. De forme triangulaire, mais à l’angle du menton encore peu défini, si bien qu’on peine à clairement identifier une rigidité masculine ou une finesse féminine. Ce faciès douteux est égaillé par de grands yeux affables, éclairé d’un beau vert forestier. Un élément typiquement féminin ? Peut être, mais qui est troublé par le sourire altier qu’arbore le plus souvent notre kunoichi malicieuse, donnant une assurance typée masculine à ce visage... sans compter cet impérieux petit nez aquilin, on en est au point mort. Ces spécificités contradictoires ne manquaient pas d'amuser la jeune fille, chaque fois qu'elle avait l'occasion de contempler son reflet... comme dans la surface miroitante d'une rivière, dans le cas présent où elle avait choisi de camper à proximité d'une source d'eau potable.

Après un bref frichti improvisé via quelques chevreuils chassés dans les bois environnants. La jeune fille, ayant pas mal transpirée au cours de sa route, décida de se dévêtir... pour enfiler une tenue identique à la première ! Une pratique assez courante chez les ninjas que de faire des doubles de leurs vêtements favoris, l'aisance de mouvement s'avérant parfois salvatrice en cas de conflits.

Elle se glissa donc diligemment dans sa tunique typique de certaines peuplades nomades de l'ouest du pays de la terre. Une tunique faite d'un tissu léger à la couleur marine, se caractérisant par les motifs stylisés en forme de triangle tissés horizontalement sur la droite du vêtement, marquant une séparation du bras droit du porteur, le tissu couvrant ce dernier étant légèrement plus clair que celui du reste de l'ensemble. Ce même tissu s'étend jusqu'au niveau des hanches où la coupe est fendue pour plus de confort dans ses déplacements. Loin d'en profiter pour exhiber ses jambes, Nori a opté pour le port d'un pantalon bouffant de couleur blanche camouflant la finesse de ses membres inférieurs. Enfin, elle a préféré prendre des chaussures noires à crampons, pratique pour l'escalade et éventuellement augmenter les dégâts d'un coup de pied. Histoire de les citer également, on peut remarquer ses accessoires intimement liée à sa coiffure, un simple bandeau bleu retenant une nuée de sombres mèches tombantes, et une cordelette soutenant le savant entrelacement des cheveux dorsaux en une jolie petite natte.

Ainsi changée, nul n'aurait su déterminer avec une assurance totale la véritable nature de cette personne au prénom à consonance neutre. À la grande satisfaction de notre amie, répondant à cette confusion par un simple sourire évasif.





¤ Description Morale :

Les yeux mi-clos, assise en tailleur sur ce plancher humide et grinçant. Nori, habillée d’une chemise de nuit immaculée, considérait le reflet de sa personne dans ce miroir vieillissant qui lui faisait face. D’un mouvement lent, elle détacha sa natte en une cascade d’ébène qui la fondit encore d’avantage dans les ténèbres. Elle tritura avec délicatesse l’extrémité de ses mèches, sans détacher ses pupilles vertes de le surface miroitante.

Elle se souvint avec nostalgie du jour où l’avait mené à Kiri, ce jour où elle avait marqué d’une croix indélébile sur son passé princier. Fini la petite bourgeoise superficielle, celle qui ne rêvait que d’évasion. Désormais, elle était une kunoichi, une guerrière, désireuse d’apporter la gloire sur son village. Un sourire discret vint illuminer son visage moribond, au final, elle aurait put faire une bonne recrue dans l’armée de son père. Elle aurait probablement aimé combattre pour sa patrie d’origine. Toutefois... l’éveil de ses dons lors de son adolescente lui aurait fermé toute possibilité d’évolution. Nori n’aurait jamais su maîtriser ce don, somme toute gênant quand on ne sait le manipuler correctement. Bien sûr, elle savait parfaitement que Kiri l’avait recueilli pour exploiter cette particularité, bien que la capacité à utiliser et à générer de la pâte à pâtisserie ne devait pas être considéré comme l’un des meilleurs pouvoirs du monde shinobi.

Elle fronça machinalement les sourcils, quoi qu’il en soit, elle serait toujours un être hors du commun, avec tout ce que cela comporte d’avantage, mais surtout d’inconvénients. Bien des individus étaient désireux d’étudier son organisme, de comprendre comment une alchimie était réalisable. La conception de matière et sa parfaite soumission aux désirs de son créateur... la curiosité humaine faisait à la fois son incroyable potentiel d’évolution, et sa tendance à franchir les limites de la connaissance. Nori n’en voulait pas à tous ces êtres, mais elle regrettait parfois de s’être vue munir de ces étrangetés. Petite, elle n’aimait cette distance que son rang inspirait à ce qui aurait dû constituer ses vassaux. Aujourd’hui, on pouvait soit la respecter abusivement pour son pouvoir, soit la mépriser et la considérer comme une abomination.

La jeune fille soupira en baissant la tête. Au final, elle n’avait pas tant changé avec toutes ces années. Elle manquait encore trop de rapports d’égal à égal avec autrui. Elle n’avait pas perdu la touche respectueuse qui enjolive chacune de ses phrases, pour mettre les autres sur un pied d’égalité. La hiérarchie est une bonne chose pour conserver un ordre commun où chacun y trouverait son compte, mais mépriser autrui par qu’il est supposé occuper une fonction moins importante est un acte détestable. L’ordre et la justice ne doivent pas se perdre dans une condescendance arrogante.

Souvent Nori regardait d’un oeil méfiant son Mizukage. La dame d’acier, comme Nori aime la surnommer, était un souverain autoritaire, n’ayant que peu de scrupule. La kunoichi fixa âprement le miroir puis finit par y planter violemment un kunai, manquant de peu de blesser avec les éclats de verre projetés sous l’impact. Spéculer sur le comportement futur de sa maîtresse n’avait pour l’heure aucun sens, elle avait un devoir, celui de la servir. Elle n’était probablement qu’un outil à ces yeux, et peut être que cette impression mènera Nori à se rebeller d’une quelconque manière. Mais en attendant, elle devait respecter ses voeux de loyautés envers le leader de Kiri. Tant que la Mizukage ne dépassera pas les bornes, elle continuera de la suivre avec une volonté inflexible de la soutenir afin de mener les siens à une félicité sans égal.

Elle plissa les yeux, l’air penaud, en laissant glisser le kunai jusqu’à atteindre le sol. Malgré sa fidélité, elle avait ses propres objectifs... et une fierté qui ne la laissera pas éternellement au rang de laquais. Que ce soit auprès de la Mizukage, seule, ou auprès d’une autre personne, elle s’évertuerait à apporter une once de lumière dans le monde obscur des ninjas.





¤ Histoire :

Le destin ne manquait pas d’ironie quand il s’agissait de pourvoir différents individus de désirs profonds originaux. De faire battre leur coeur au rythme d’aspirations fantaisistes que bon nombre considéreraient avec mépris. Si il apparaissait noble d’apporter le bonheur à son prochain, la volonté de détruire n’était perçue que comme folie. Pourtant, cette démence prenait tout son sens si elle suscitait la colère des purs, ceux là qui accompliraient de grandes choses en parallèle aux massacres de leur antagoniste.

Si toute chose en ce monde a un opposé, le cas de Nori, ou plutôt celle qui fut appelée Nami Haitake, peut probablement avoir sa logique. Nami naquit au sud à l’ouest du pays de la terre, dans la province peu prospère du Chairochi. Elle fut la première fille qu’eut le seigneur local auprès de son harem personnel, un rassemblement d’une dizaine de femmes ayant, selon des critères très stricts, le sang le plus "noble". La coutume voulait que le premier fruit des ébats du seigneur soit son héritier le plus apte à prendre sa succession, car il était automatiquement pressenti comme le descendant le plus "pur" que pouvait attendre la noblesse.

Il se trouve que cette progéniture tant attendue fut porteur du sexe féminin. Pas vraiment une tare, mais pas vraiment un avantage dans ces contrées un peu trop isolé du reste du monde. Cette société, comme beaucoup d'autres, baignait dans un machisme pondéré non assumé. La petite Nami semblait destinée à devenir une dirigeante soit particulièrement autoritaire et crainte, soit trop magnanime pour être respectée. Son paternel désirant avant tout une fille à la poigne imposante, la fit éduquer par des précepteurs exigeants. La souveraineté des Haitake n'étant nullement menacée, la petite put régulièrement apprendre "sur le terrain". Ce domaine n'était pas caractérisé par l'opulence, mais la proximité de la noblesse et des cerfs rendant le travail moins détestable à ces derniers. Mais si la proximité physique était concrète, le rapprochement symbolique était encore loin. L'enfant était toujours vouvoyée en dépit de son si jeune âge, autrement on la hissait d'autant plus sur un piédestal via des appellations telles que "princesse", "Milady", et parfois même "majesté". Nami sentait déjà son titre lui peser...

Les années passèrent dans la plus grande placidité, le père de Nami avait donné naissance à quatre autre enfants. Trois garçons et une fille, ne se ressemblant que peu car ayant chacun une mère différente. Ils ne semblaient pas particulièrement gêné par l'opulence mirobolante qu'on leur servait au jour le jour. La future dirigeante du Chairochi se sentait de moins en moins apte à assumer ses futures fonctions, un point qui chagrinait son père qui songeait à reporter son dévolu sur son second enfant, un garçon aux cheveux blonds au charisme remarquable. Nami se doutait des intentions de son père... et s'en réjouissait, si elle n'accédait pas au pouvoir, elle aurait l'occasion de voler de ses propres ailes. D'ouvrir un commerce à l'aide de son héritage, vivre de ses ventes et profiter de sa liberté pour voir le monde. C'est avec l'esprit serein qu'elle s'endormit une nuit, tandis que ses aînés discutaient de son cas dans une salle voisine.

Le lendemain, quand le Soleil vint titiller ses mirettes, la happant peu à peu hors du monde des songes. Elle découvrit avec stupéfaction la présence de gardes qui l'arrêtèrent dès qu'elle fut sortie de sa chambre. La gamine fut amenée devant son père qui porta envers elle des accusations qui résonnèrent comme le transpercement de son propre coeur par un poignard. On l'accusait d'avoir assassiné son frère, celui qui avait suivi sa naissance et qui avait de fortes prédispositions pour finalement prendre sa place à la tête du fief. Les preuves se résumaient à un poignard retrouvé caché dans sa chambre, une arme lui appartenant personnellement, elle lui avait été confié par son géniteur pour se défendre dans le cas improbable d'une tentative d'assassinat.

Malgré les clameurs contestatrices de la jeune fille, proclamant son innocence et son absence de mobile concret pour un tel meurtre. Le père décida de lui arracher son nom, cette marque de noblesse dont on lui incriminait la souillure. Le véritable coupable, pendant ce temps, jubilait. Non, ce n'était pas un frère ou une soeur de notre protagoniste, mais un conseiller du seigneur et aussi un de ses précepteurs qui la détestait et qui n'aurait su la servir d'avantage un jour. Il estimait avoir fait le mieux pour la province du Chairochi.

Ainsi, Nami fut jetée dehors, démunie de tout titre, désormais porteuse de déshonneur. Paradoxalement, si le fait d'avoir été accusée à tort la répugnait, elle voyait là une opportunité de vivre la vie qu'elle a toujours voulu mener. Elle quitta donc le fief de celui qui fut son père et décida de prendre le nom de "Nori Hokashi". Toutefois, elle se rendit vite compte que la vie civile était loin d’être une évidence. Elle trouva toutefois un travail convenable auprès d’un vendeur de Okonomiyakis. C’est ici qu’elle commença à se découvrir une emphase avec un élément pour le moins original : La pâte. Loin de se contenter de la manipuler normalement, elle constata chez elle une capacité à modifier sa structure et même à la concevoir par ses propres moyens. Une faculté surnaturelle qui ne manqua pas de l’effrayer... ainsi que son patron qui préféra ne plus rien avoir à faire avec elle. Par la suite, le manque de contrôle de ses capacités nouvelles finirent par la désespérer. Mais un individu au long manteau pourpre, porteur portant un bracelet de métal sur lequel était dessiné un emblème, lui proposa de l’emmener dans un endroit où elle pourrait apprendre à maîtriser son pouvoir singulier. Lui ayant également promis du travail durable, la jeune fille accepta de le suivre... c’est ainsi qu’elle put intégrer le village et put s’exercer à l’Art d’utiliser la Pâte.




Dernière édition par Nori Hokashi le Jeu 9 Déc - 22:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Présentation de Nori Hokashi ♫ (Achevée !)   Jeu 9 Déc - 22:01

Voilou, j'en ai terminé donc avec cette présentation.

J'ai opté pour des descriptions dans un "contexte de RP", j'ai tâché d'être concis mais clair. J'espère que ça vous plaira.
Je m'occuperai des techniques un peu plus tard.

Bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Présentation de Nori Hokashi ♫ (Achevée !)   Ven 10 Déc - 11:36

Voilà donc une liste de techniques. Ne sachant trop si je dois prendre le nombre de techniques équivalent à un juunin ou un anbu, j'en ai mis 15. Je verrai ensuite si je dois en ajouter ou en retirer. Les techniques sont cachées et donc invisible aux membres n'ayant pas posté ici, sauf les admins.


Revenir en haut Aller en bas
Kaleïs Maboroshi
Mizukage
Mizukage
avatar


MessageSujet: Re: Présentation de Nori Hokashi ♫ (Achevée !)   Ven 10 Déc - 17:03

bras droit était déjà reservé d'avance et pour éviter qu'il n'y ait des embrouilles, je te donne le rang de Chef ANBU qui fait donc parti de ma garde personnelle qui se limite à une personne (ouais j'arrive pas à trouver un truc équivalent mais jte veux à mes cotésssss=)

si t'as une idée meilleure à me proposer dis toujours xd

_________________


________________________________________________

Il faut parfois accepter d'user de la violence... Pour parvenir à la paix.
________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagato Yagami
Garde rapproché de l'Hokage
Garde rapproché de l'Hokage
avatar


Fiche ninja
Rang: A
Nindô: Ma vie pour Konoha

MessageSujet: Re: Présentation de Nori Hokashi ♫ (Achevée !)   Ven 10 Déc - 21:06

techniques originales et marrantes, pas cheatées, équilibrées, bref parfait, je valide!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation de Nori Hokashi ♫ (Achevée !)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation de Nori Hokashi ♫ (Achevée !)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto le RPG :: Archives-
Sauter vers: