AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion


Naruto le RPG est désormais ouvert ! Inscrivez-vous et faites votre présentation afin que nous puissions commencer le RP le plus rapidement possible !




Membre du mois

RP du mois

Partagez | 
 

 Une solitude souhaîtée ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sayoku Kenshi
Nukenin
Nukenin



Fiche ninja
Rang: B
Nindô: Comprendre ...

MessageSujet: Une solitude souhaîtée ...    Lun 19 Déc - 12:30

    HRP

    Age : 17 ans
    Comment avez vous trouver le forum : Google
    Vos horaires sur le forum : Vacances, week-end et une ou deux heures semaine.

    __________________________________________________________________________________


    RP

    Nom : Sayoku

    Prénom : Kenshiro

    Surnom : Kenshi

    Age : 17 ans

    Grade : Nukenin de rang ? (à vous de voir)

    Affinité(s) : Raiton & Suiton

    Capacité particulière : Le mariage entre le Ninjutsu et le Taïjutsu (Ninjutsu rapproché).

    Description physique :

    L'apparence, encore une chose à laquelle l'homme accorde une importance capitale, parfait reflet d'une société qui prône davantage de valeurs matérielles que de valeurs morales. A quoi mersure-t-on la bravoure d'un shinobi, à sa force brute ou à sa bravoure ? Allez savoir ... La majorité, elle, semble avoir fait son choix, bon ou mauvais, à vous de le deviner. Kenshi est un adolescent de dix-sept ans et mesure exactement un mètre soixante-dix-neuf, ce qui est dans les normes pour une personne de son âge. Sa masse n'a elle non plus rien d'extraordinaire puisqu'il pèse soixante-seize kilogrammes. Bref, la corpulence du jeune homme n'attire pas particulièrement les regards, bien qu'il soit plutôt bien bâti grâce aux entraîenements quotidiens qu'il s'impose. Pour ce qui est de son faciès, la banalité du jeune homme va déjà être remise en cause et cela pour plusieurs raisons. Tout d'abord, surmontant un visage fin et ovale, une chevelure assez longue mais surtout d'un blanc éclatant caractérise Kenshi. En dessous de celle-ci rayonne de gros yeux d'une couleur assez peu anodine, une couleur se promenant entre le jaune orangé et le brun, une couleur propre au jeune homme. Le nez et les lèvres quant à eux n'ont rien de particulier, ils sont en accord avec le reste de sa figure et sont donc assez fins. Petit détail : le shinobi possède un tatouage au niveau du pectoral gauche qu'il ne se souvient même pas avoir fait, une marque assez mystérieuse que son porteur lui-même ne comprend pas car elle arbore une écriture inconnue.

    Niveau vestimentaire, la tenue habituelle de Kenshi est assez simple. Pour ce qui est du haut, l'adolescent porte un t-shirt blanc plutôt banal mais assez long qu'il rentre donc dans son bermuda (qui sera abordé plus tard) et au-dessus de ce dernier, il place un gilet bleu marine (avec quelques touches de blanc) qui se ferme à l'aide de gros boutons mais que le jeune homme gardera la majorité du temps ouvert. Le shinobi possède également une écharpe blanche (légèrement grisonnante) très imposante et résitante qu'il tourne de nombreuses fois autour de son cou afin qu'elle ne le dérange pas. Comme signalé précédemment, pour ce qui est du bas, Kenshi porte un bermuda lui aussi bleu marine qui prend fin entre le genou et la cheville sur lequel il place en biais une ceinture brune contenant une pochette dans laquelle il rangera shurikens, kunaïs ou autres objets de la sorte. Pour finir, l'adolescent est chaussé des sandales habituels du ninja de base, sandales qui permettent de se déplacer avec aisance, mariant ainsi confort et efficacité.

    Description mentale :

    « Le prix de la liberté, c'est la solitude. »

    La solitude, concept subjectif, physique ou spirituelle, berceau des plus grandes découvertes, des idées les plus folles et novatrices, véritable appel à la réflexion. C'est cela qui définit le mieux Kenshi. Le jeune homme s'est toujours isolé par choix ou, du moins, presque toujours. Non pas qu'il ait un quelconque dégoût de l'humanité, au contraire, il peut parfois se montrer très sociable (surtout après quelques verres de trop car, c'est important de le signaler, l'adolescent a toujours eu un penchant pour la boisson) mais il évitera tout de même toute relation portant sur le long terme, c'est ainsi qu'il a choisi de vivre, c'est ainsi que ce qu'il a vécu le force en quelque sorte à vivre et surtout, c'est ce qui fait de lui cet éternel solitaire. Le shinobi a appris à apprécier l'isolement, il aime prendre le temps de s'entraîner, de lire, de boire et ... c'est à peu près tout, ce sont les princpales activités du garçon à la chevelure platine. Conséquence de tout cela, Kenshi n'a pas d'amis, pas de personnes qui le soutiennent et il n'en cherche pas. L'amour, il n'en veut plus, si ce n'est sur un point strictement sexuel. Après-tout, à quoi servent les sentiments si ce n'est qu'à apporter une charge supplémentaire à notre coeur, qui doit déjà en supporter bien assez ? A rien, c'est ce que pense le jeune homme ... ou peut-être qu'il essaie juste de s'en persuader, personne ne peut répondre à sa place.

    Se mêler des affaires des autres ? Ce n'est pas le style de l'adolescent, il n'est pas du genre à vouloir imposer sa vision du monde à la population entière ou à réagir à la moindre altercation en rue, il n'aime pas vraiment se faire remarquer. Ainsi donc, même s'il n'apprécie pas quelque chose, il ne s'imposera pas pour autant, à moins que cela lui soit totalement insupportable. Par exemple, il ne bronchera pas en voyant un père frapper à sang son fils, bien qu'il n'aime pas cela, mais il ne pourra pas se retenir s'il aperçoit une jeune fille se faire abuser dans une ruelle sombre, sans pour autant jouer les héros, il ne recherche en aucun cas une quelconque reconnaissance, au contraire. Au-delà de cela, le shinobi déteste réellement l'hypocrisie et les gens qui ne cessent de rabaisser les autres parce qu'ils s'estiment plus nobles ou plus intelligents. Bref, on ne peut donc pas dire que Kenshi soit un saint mais, au fond, il est loin d'être mauvais. Pour ce qui est de ses ambitions, c'est difficile à dire, ce qu'il cherche par-dessus tout, c'est comprendre. Comprendre ce qui l'entoure, comprendre pourquoi les masses agissent de telle ou telle manière et cela, très certainement dans l'objectif de comprendre une chose qui l'a toujours perturbée : son passé.

    Histoire du personnage :

    Une naissance oubliée

    Il y a environ dix-sept ans, un enfant nâquit dans les alentours de Kusa no Kuni, entouré de ses deux parents. Quelques jours ou peut-être quelques heures plus tard seulement, un vieil homme accompagné de sa petite-fille d'un an à peine trouva ce bambin, seul, ses géniteurs étant morts, grâvement brûlés par une personne ou une chose inconnue. La gamine, légèrement plus âgée que le nouveau-né, le prit par la main et sourit. Face à un tel spectacle, le grand-père ne réfléchit pas à deux fois, il décida de prendre l'enfant à sa charge et, après avoir vu ce qui allait être son nom de famille sur la pièce d'identité du père, lui donna un prénom puisqu'il ne semblait pas en avoir, ce prénom était : Kenshiro.

    Une enfance paisible

    Le petit Kenshiro avait donc été recueilli par l'étrange duo comprenant un vieil homme que l'on appelait « Seijo » et une magnifique petite fille qui, quant à elle, se nommait « Mahi ». Ils vivaient dans un tout petit village à côté de Kusa no Kuni et, pour le grand-père, c'était les cieux qui avaient permis leur présence peu de temps après la naissance du petit garçon car ils ne se rendaient que très rarement dans les alentours du visage voisin, leur rencontre ne pouvait donc être qu'un don du ciel. Pour les enfants, tout cela importait peu, l'essentiel était qu'ils soient tous les trois réunis et qu'ils puissent vivre ensemble comme cela pendant encore plusieurs années. Les deux gamins furent tout de suite très proches, leur relation était des plus agréables possible et leurs plus grandes querelles n'allaient jamais plus loin que des petites taquineries, c'était les meilleurs amis du monde et cela réjouissait profondément Seijo, qui avait pendant tout un temps eu peur pour Mahi, peur qu'elle n'eut jamais pour unique connaissance qu'un vieil homme comme lui car, elle aussi, avait perdu ses parents.

    En effet, la mère de la petite fille mourut en accouchant et son père, un homme pourtant connu dans le village pour être des plus robustes, ne put supporter la mort de sa femme et, sachant que le grand-père maternel de Mahi était toujours en vie et qu'il veillerait très bien sur elle, il décida de mettre fin à ses jours deux semaines plus tard, laissant comme unique souvenir à sa fille une lettre dans laquelle il s'excusait et déclarait son amour. La jeune enfant n'en voulut jamais à celui qui aurait du être son modèle masculin car elle n'était pas malheureuse, au contraire, elle n'aurait peut-être jamais pu connaître Kenshi s'il n'avait pas agi comme cela. Elle adorait quand le vieux lui racontait les petits exploits de son père, comme la fois où il sauva une vieille dame de la noyade ou celle où il parvint à récolter en un jour et à lui seul ce que deux hommes réunis auraient fait en trois. Kenshiro, lui, admirait cet homme et se réjouissait de ses actions passées comme s'il était également un de ses parents, les deux enfants partageaient vraiment tout. Trop beau pour être vrai, n'est-ce pas ? Peut-être, voyons voir ce qui suit ...

    Un accident contraignant

    La date d'anniversaire du jeune garçon avait été fixée le jour où le duo l'avait recueilli et ce fut d'ailleurs dix ans après ce jour qu'une chose vint perturber le quotidien de ce qui était maintenant devenu un trio. Quelle était cette chose ? Hé bien, l'âge de Seijo, tout simplement. Au-delà des apparences, il n'était pas invicible et, alors qu'il était proche des quatre-ving-dix ans, il fut atteint d'une paralysie du bas du corps, il était devenu paraplégique pour être plus exacte et ce, suite à une chute des plus banales. Le quotidien des deux enfants changea donc, ils durent s'occuper du vieil homme et, pour cela, Kenshiro dut trouver un travail tandis que Mahi restait à la maison pour s'occuper de son grand-père qui, malgré son incapacité de se mouvoir, gardait toute sa tête. Le jeune garçon devint bûcheron mais il était petit et peu puissant, ce qui était logique vu son âge, il était donc assez peu productif et gagnait par conséquant un salaire qui n'était pas suffisant pour nourir trois personnes. Cette pauvreté, il ne voulait pas la montrer à sa nouvelle famille et il n'en parla donc pas, se privant de nombreuses fois de repas.

    Une rencontre importante

    Un beau jour, Kenshiro vit un homme assez étrange alors qu'il marchait en direction de son travail, cet homme avait un bandeau avec un emblème barré sur le frond et dégageait une aura particulière, il était différent des gens que l'enfant avait l'habitude de croiser, il semblait plus fort, sans pour autant être plus imposant, ce qui l'intriga particulièrement. Le soir même, après être rentré du boulot, Kenshi demanda à Seijo s'il avait déjà rencontré une personne dans ce style durant son existence, avec un bandeau et une aura similaire. Le vieil homme lui répondit que c'était très certainement un ninja qui avait décidé de quitter son village ou qui avait été expulsé et il lui expliqua ensuite ce qu'était un ninja. Le petit garçon écouta attentivement et fut passionné par la description, il trouvait cela extraordinaire. C'était absolument certain, être un shinobi était bien plus cool qu'être un bûcheron, c'était donc décidé, Kenshi deviendrait un shinobi. Une fois dans son lit, il ne cessa de prier pour recroiser à nouveau l'homme le lendemain matin afin qu'il lui apprenne à être un puissant ninja, avant de finalement s'endormir.

    Ses prières portèrent leurs fruits et le lendemain, l'enfant revit le shinobi. Il décida alors de lui demander cash s'il voulait bien lui enseigner son art mais l'homme lui répondit qu'il avait d'autres chats à fouetter et qu'un gamin aussi frêle que lui ne devait pas espérer devenir un grand ninja. Le garçon fit alors mine de partir mais, une fois que l'homme eut repris son chemin, il le suivit aussi discrètement qu'il le pouvait, décidant donc de ne pas aller au boulot. Après un bon quart d'heure de marche, le shinobi entra dans un bar et Kenshi, sachant très bien qu'il ne parviendrait pas à se cacher à l'intérieur, monta sur le toit, guettant la sortie du ninja. Une fois que l'homme eut considéré bon de revoir à nouveau la lumière du jour, l'enfant lui sauta dessus, l'attrapa et lui dit qu'il ne le relâcherait pas s'il ne lui apprenait pas à être un bon shinobi. Bien évidemment, l'homme maîtrisa le garçon assez rapidement mais la détermination de ce dernier l'interpela et il lui promit qu'il lui apprendrait les bases mais qu'il devrait cependant faire le reste par lui-même. Kenshi allait pouvoir commencer à s'entraîner, joignant travail et leçons, se tuant à la tâche avec le sourire ... Pour lui, c'était un nouveau départ.

    Une année mouvementée

    Kenshiro avait onze ans, cela faisait donc à peine un an qu'il s'entraînait mais il connaissait déjà presque toutes les techniques de base, il lui restait la technique de mutation qu'il assimilait plutôt rapidement et celle de dissipation des illusions dont l'apprentissage lui posait un peu plus de problèmes. Il exerçait toujours son métier de bucheron mais il gagnait à présent un peu mieux sa vie car, grâce à l'utilisation de son chakra, il parvenait à dégager plus de puissance lors de ses coups, il pouvait maintenant manger de manière équilibrée lui aussi et s'était donc pris d'une certaine affection pour son sensei : Kateshi. Un soir, en rentrant de son entraînement, il vit que Mahi ne l'avait pas entendu arrivé, absorbée par le roman qu'elle lisait et poussa un petit cri en l'attrapant par les épaules, ce qui fit sursauter la jeune fille qui eut ensuite le réflexe de pousser son assaillant. Le jeune adolescent, qui ne s'y attendait pas, tomba alors et se cogna la tête contre le coin de la chaise. Mahi rougit, elle ne voulait pas faire mal à son ami, elle le prit alors dans ses bras et lui demanda si ça allait. Kenshi éclata de rire et la jeune fille fit pareil, elle qui avait peur de l'avoir blessé.

    Mahi rigola si fort que des larmes coulèrent le long de ses joues et le petit adolescent fit un geste délicat afin de lui sécher le visage, ce qui stoppa net le fou-rire de la jeune fille et fit briller ses yeux comme deux éclairs éclatant en pleine nuit. Elle attrapa alors la main de Kenshiro et ce qui devait un jour arrivé arriva, les deux enfants s'embrassèrent. Leurs paupières se fermaient puis s'ouvraient, faisant éclater la lueur de deux regards émus, leurs mains s'enlassaient innocemment et leurs lèvres se caressaient dans des gestes hasardeux et enfantin, ils s'aimaient, depuis toujours. Après cet événement, les deux tourtereaux tentèrent tant bien que mal de cacher leur amour à Seijo mais il n'était pas bête, il le remarqua rapidement mais il ne dit rien car, après-tout, cela ne le dérangeait pas, loin de là. Cette année-là, Cupidon semblait s'être pris d'affection pour la petite famille. En effet, quelques semaines après ce premier baiser, le vieil homme fit la connaissance d'une femme alors qu'il avait parvenu à convaincre Mahi de son aptitude à se promener seul en chaise roulante en ville. Un mois plus tard, Seijo proposa à la dame d'un certain âge de vivre avec eux, estimant qu'à son âge, il n'avait pas de temps à perdre et cette dernière accepta.

    Peu après cela, l'état mental du vieil homme se dégrada et il ne fut bientôt plus capable de parler correctement. Heureusement, la « nouvelle grand-mère » était là pour s'occuper de lui et les deux adolescents purent vivre plus librement. Kenshi termina ainsi son apprentissage des techniques de base et son senseï, Kateshi, décida alors de s'en aller, malgré le refus de son élève. Ils mangèrent alors un dernier repas ensemble et, le soir même, le shinobi partit, sans préciser où il allait. Le lendemain, après être sorti de sa douche, l'adolescent regarda attentivement le tatouage qu'il avait sur le pectoral gauche, il ne comprenait pas du tout sa signification et malheureusement, Mahi n'en avait aucune idée non plus, tout ce qu'elle savait, c'est qu'il l'avait déjà quand ils l'avaient trouvé. Bref, il n'y a que quand tout va bien que l'on se pose ce genre de questions et Kenshi allait bientôt apprendre que, du jour au lendemain, tout un tas de nouveaux problèmes plus importants (et eux aussi sans réponse) pouvaient faire leur apparition.

    Un acte impardonnable

    Une hypothèse dit que bon nombre de maladies surviennent quand le mental n'est plus au rendez-vous et dans le cas de la bien-aimée de Seijo, Yuni, cette hypothèse s'avéra être tout à fait juste. En effet, la vieille femme, n'arrivant plus à supporter son conjoint réduit à l'état de légume, avait petit à petit sombré dans la folie et c'est la pauvre Mahi qui en fut la principale victime. En effet, la dernière arrivante dans la famille avait pris l'habitude de frapper la jeune fille quand elle n'en pouvait plus de prendre soin de Seijo et l'adolescente, n'osant pas mais surtout ne voulant pas se défendre, subissait sans rien dire, elle ne voulait pas que Kenshiro, qui avait à présent douze ans, soit au courant car elle appréciait trop leur liberté nouvelle, ces moments qu'ils passaient rien qu'à deux, et elle savait que si Yuni s'en allait, ils n'auraient plus le temps de se retrouver ensemble aussi souvent. Le garçon remarqua que quelque chose n'allait pas, il voyait que sa bien-aimée ne resplendissait plus autant mais il ne comprenait pas pourquoi et elle ne voulait rien lui dire, elle niait sans cesse l'évidence alors, il abandonna et se tua à la tâche au boulot, tout en essayant d'en apprendre le plus possible sur les différentes techniques ninjas grâce aux livres de la bibliothèque du village, se vouant corps et âme à l'entraînement.

    Mais ce mensonge ne pouvait pas durer éternellement et un jour, Kenshi eu la malchance de rentrer plus tôt qu'à son habitude. C'est alors qu'il vit une scène qu'il n'oubliera jamais, il vit sa petite Mahi, la personne à qui il tenait le plus au monde, se faire frapper le dos à sang à coup de balais par sa pseudo grand-mère, sous l'oeil vide de Seijo ... Tout d'abord, il eut environ six ou sept secondes d'absence et ensuite, il sentit une rage folle monter en lui, lui perforant le pectoral gauche au niveau de son tatouage mais après cela, plus rien, le néant absolu. Il se souvient par contre de son réveil, des meubles de la maison totalement dévastés, de Mahi qui pleurait toutes les larmes de son corps au-dessus du cadavre de son grand-père et à côté de celui Yuni, tout deux atrocement brûlés, il était visiblement tombé dans les pommes. Après avoir repris ses esprits, il se précipita près de Mahi, qui le regarda avec effroi, les larmes aux yeux, et il prit la parole.

    « Qu'est ... Qu'est-ce qu'il s'est passé ? »

    « C'est toi, Sayoku ! Toi et toi seul ! »

    C'était la première fois que Mahi l'appelait par son nom de famille, elle ne plaisantait pas et Kenshiro ne comprenait pas, ce n'était pas possible. Qu'il tue Yuni, passe encore, mais comment aurait-il pu toucher à celui qu'il voyait comme son grand-père ?

    « Comment ? Je ... Impossible ! »

    « Si, tu l'as fait ! Tu es immonde, toi et ton maudit tatouage, allez-vous en ! Je ne veux plus jamais te voir, tu n'es qu'un lâche ! »

    « Mon tatou ... »

    « Ferme ta gueule, va-t-en !!! »

    Ce fut les dernières paroles que Mahi échangea avec Kenshiro et la première fois qu'elle le regarda avec des yeux aussi sombre que la nuit, les éclairs qui y éclataient jadis avaient disparus ...

    Une solitude souhaîtée

    C'est depuis ce jour que l'adolescent vit dans cette solitude qui le caractérise, depuis ce jour qu'il a décidé de ne plus s'attacher à personne, de peur de les voir disparaître du jour au lendemain par sa faute, depuis ce jour qu'il noie l'absence de sa véritable raison de vivre dans l'alcool, depuis ce jour qu'il veut absolument comprendre ce qui l'entoure et surtout, se comprendre lui-même, depuis ce jour qu'il ne cesse de s'entraîner et de bouquiner, n'ayant quasiment plus aucun autre passe-temps, depuis ce jour qu'il n'est en réalité plus que l'ombre de lui-même ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayoku Kenshi
Nukenin
Nukenin



Fiche ninja
Rang: B
Nindô: Comprendre ...

MessageSujet: Re: Une solitude souhaîtée ...    Lun 19 Déc - 22:32

Présentation terminée !
Pardonnez-moi si j'ai un peu baclé certaines parties mais je voulais finir ça vite, je n'ai jamais particulièrement apprécié les présentations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagato Yagami
Garde rapproché de l'Hokage
Garde rapproché de l'Hokage



Fiche ninja
Rang: A
Nindô: Ma vie pour Konoha

MessageSujet: Re: Une solitude souhaîtée ...    Mar 20 Déc - 14:18

L'histoire est sympa, j'ai bien aimé lire!
Pour le rang, étant donné le niveau apparent (je dis apparent car la présentation ne reflète pas tout!) tu pourrais prétendre à être Nukenin de rang A mais si on suit la logique de ton histoire, tu as acquis les bases et tu t'es entrainé seul, sans réaliser du tout de missions, tu es un ninja errant et non un déserteur, tu ne peux donc pas avoir l'expérience d'un ninja ayant appartenu à un village, je pense donc plutôt à te proposer Nukenin de rang C ou B, c'est l'équivalent d'un chuunin en gros et ça te permet une marge de progression interessante!
A toi de choisir le rang, préfère tu démarrer plus bas et avoir une plus grande marge de progression ou bien commencer plus fort, ça dépend des gens et ça je te laisse décider :)
En tout cas super histoire, je valide, donne moi le rang et je te met tout, ensuite tu pourras aller faire ta fiche technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayoku Kenshi
Nukenin
Nukenin



Fiche ninja
Rang: B
Nindô: Comprendre ...

MessageSujet: Re: Une solitude souhaîtée ...    Mar 20 Déc - 14:30

Merci.
Pour ce qui est du rang, il est clair que le A ne conviendrait pas avec mon histoire et puis, ce n'est pas mon objectif de débuter quasiment au paroxysme de la puissance atteignable donc, je choisis d'être Nukenin de rang B ... Pour ma fiche, je dois donc suivre le nombre de techniques accordé au Chuunin ou celui accordé au Juunin (le rang C équilavent visiblement à celui de Chuunin et le A à celui de Juunin) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagato Yagami
Garde rapproché de l'Hokage
Garde rapproché de l'Hokage



Fiche ninja
Rang: A
Nindô: Ma vie pour Konoha

MessageSujet: Re: Une solitude souhaîtée ...    Mar 20 Déc - 14:44

Tu peux suivre le modèle d'un chuunin, Nukenin de rang B étant associé à un Chuunin de bon niveau, je vais compléter un peu les règlements, j'ai fait ça assez rapidement ce n'est pas complet ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayoku Kenshi
Nukenin
Nukenin



Fiche ninja
Rang: B
Nindô: Comprendre ...

MessageSujet: Re: Une solitude souhaîtée ...    Mar 20 Déc - 14:45

Ok, merci bien. Je vais faire ça tout de suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une solitude souhaîtée ...    Aujourd'hui à 14:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Une solitude souhaîtée ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Éternelle solitude | Lumi |
» Dans la solitude du desert.
» joséphine ▬ « La solitude effraie une âme de vingt ans »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto le RPG :: Avant de jouer :: 
Nouveaux membres
 :: Présentations validées
-
Sauter vers: